La méthode TEACCH

Logiciels adaptés – Les Flubix
mai 30, 2015
Jeu des associations
avril 13, 2016
Show all

La méthode TEACCH

image_pdf

La méthode TEACCH


La méthode TEACCH repose essentiellement sur l’organisation de l’environnement et la mise en place de séances de travail en individuel. C’est ce qu’on appelle « l’enseignement structuré ». L’idée générale est de remplacer la consigne verbale omniprésente dans les dispositifs traditionnel d’apprentissages ( « la maitresse a dit… ») par des repères concrets, une prévisibilité dans le temps et des aides visuelles.

 

La consigne orale étant peu ou mal perçue, l’enfant avec autisme est perdu et ne sait pas ce qu’on attend de lui. C’est souvent le point de départ de comportements difficiles. Avec Teacch, c’est le matériel et l’organisation visuelle qui « parlent ». Cela apporte de la clarté et donne à l’enfant un espace qu’il maitrise et dans lequel il devient acteur.

 

Il est essentiel de garder à l’esprit que l’enfant « ne parle pas » notre langue. L’enfant autiste n’a pas véritablement de langue maternelle. Toute forme de communication verbale est à priori étrangère. On comprend alors mieux son mal-être et ses colères. L’enfant ressent en permanence ce que nous expérimentons brièvement en vacances à l’étranger : quand on ne comprend rien de ce que l’autre raconte, on se sent perdu, complètement dépendant.

 

Voici une séance avec Paul, 4 ans, après quelques mois d’un régime quotidien.

 

L’organisation visuelle consiste à préparer des boites contenants chacune une activité de travail. Elles sont disposées sur le côté gauche de la table et permettent à l’enfant de savoir combien de tâches il va devoir effectuer et dans quel ordre. Sur la table ( droite dans l’exemple), une liste sous forme d’images indique à l’enfant les activités qu’il va devoir faire et dans quel ordre. L’enfant commence sa séance en prenant le premier pictogramme de sa liste ( accroché à la table par velcro ( mini article)) et cherche la boite correspondante. Il accroche le picto à la boite(velcro encore!), réalise l’activité, place ensuite la boite à droite dans la caisse « fini » et passe à la tâche suivante. Cela demande une préparation minutieuse ( et un peu longue ! ) de la part de l’adulte.

 

Quelques principes d’organisation:

Le nombre d’activités est fonction du niveau d’attention et de la capacité de l’enfant à rester assis.

On pourra commencer dans un premier temps avec 2 activités seulement et ce même si la séance ne doit durer que 30 secondes.

Aucune activité n’est trop facile car ce qui compte au départ c’est le principe de l’organisation

L’enfant commence toujours par une tâche facile pour lui puis alterne tâches faciles et tâches difficiles durant la séance. Il terminera toujours par une tâche facile.

L’adulte encourage l’enfant et le félicite à chaque fois qu’il termine une activité. Il peut aussi lui apporter des aides lors des tâches difficiles. Dans ce cas, une astuce consiste se placer en tant ‘qu’adulte fantôme », dans le dos de l’enfant et à lui prendre le bras pour l’aider. Cela le laisse acteur autant que faire se peut.

Une séance par jour est un rythme idéal.

Il est important de mettre en place en parallèle un système de renforçateur ( voir l’article ICI)

 

 

Quelques exemples d’activités pour débuter

Lorsque l’on débute en Teacch, l’important n’est pas la nature des activités. L’essentiel est ailleurs : Le seul véritable but est que l’enfant parvienne à enchaîner les tâches en s’appuyant sur le dispositif. Les premières activités seront donc triviales.

puzzle minimaliste à 2 pièces dont 1 est déjà posée (rien n’est trop simple)

Enfiler une grosse perle sur un fil

coloriage minimaliste très court

relier des dessins identiques (2 séries de trois dessins)

tri d’objet (voir l’article)

L’ouvrage Task Galore fourmille d’activités à créer soi-même.
Au fur et à mesure, on pourra s’orienter vers des tâches plus scolaires. De nombreuses activités seront présentées sur ce site dans les prochaines semaines.

 

Débuter avec Teacch

Débuter avec Teacch peut être intimidant. Dans un premier temps on ne placera qu’une boite avec une seule activité très courte et simple (puzzle 2 pièces par exemple). La séance durera donc peut être dix secondes. C’est parfois déjà beaucoup, tant il peut être difficile pour l’enfant de rester assis. C’est l’attrait du renforçateur qui servira de motivation (voir l’article par ici). Une séance comme cela chaque jour peut sembler ridicule mais c’est ainsi que l’on parvient par étapes et après quelques mois à 7 boites d’exercices en 45 minutes de travail.

Il n’est pas toujours simple d’avoir un espace dédié uniquement au bureau Teacch. Si vous manquez de chambres, vous pouvez toujours placer une petite table dans un coin du salon afin que l’enfant soit face au mur, sans distraction.

 

Voici les liens de téléchargement pour le matériel de base Teacch. Les fichiers Word et Pages sont éditables afin que vous puissiez personnaliser le matériel. Si vous souhaitez éditer votre propre matériel mais êtes affreusement allergique à tout ordinateur contactez-nous. C’est gratuit !
Pdf Doc (Word) Pages (Mac)


Pour imprimer cet article, il suffit d’appuyer avec délicatesse ici : ICI

Pictogrammes pour l’école

Consignes orales et pictogrammes
La suite...

Application Flubix

L'application Flubix- Premiers mots est disponible sur le Google Play store !
La suite...

Première rentrée scolaire

Depuis 2005, la loi donne à chaque enfant handicapé une place sur les bancs de l'école. Malheureusement, peu de choses sont faites pour l'aider à s'y asseoir.
La suite...

Expliquer l’autisme

Comment parler de l'autisme à ses proches, à l'AVS ou à son voisin du 3ème excédé par les cris et la téléphones qui volent ? La réponse est peut-être cachée...
La suite...